La Ducati Panigale V2


UNE REVUE DE KNOX

Ducati Panigale V2
L'avis de Knox

ÉCRIT PAR AARON TRAVELL

PUBLIÉ : 2 juin 2021
Ne perdez jamais une occasion de voir quelque chose de beau, car la beauté est une écriture de Dieu.

- Ralph Waldo Emerson

La Ducati Panigale V2 personnifie la citation d'Emerson... c'est une belle moto et elle vous incite à saisir toutes les occasions de l'admirer. Absorber sa beauté sous différents angles, la voir se détacher sur des paysages à couper le souffle, regarder les autres l'admirer lors des sorties.

L'architecture de la moto, l'avant, le fait qu'ils aient révélé une partie de l'échappement alors qu'ils auraient pu le cacher, Ducati a si bien réussi l'esthétique de cette moto qu'elle est tout simplement époustouflante, mais le fait qu'elle roule si bien, c'est une toute autre histoire.

L'émotion ressentie en la regardant est à l'image de son comportement routier. Dès l'allumage, on est accueilli par le tonnerre du bicylindre en V et sa bruyante sonorité d'échappement. En personne, le V2 a une sonorité étonnante, et à plein régime, il explose !

La V2 est puissante. Ceux qui pensent qu'il s'agit d'un parent pauvre par rapport à une Panigale V4 se trompent. La V2 est peut-être un parent, mais elle n'est pas un parent pauvre de quoi que ce soit - elle est très rapide ! Le bicylindre en V Superquadro de 955 cm3 développe 155 ch et 77 lb-pi de couple. Le couple est important à bas régime, mais il ne s'épuise pas comme pourrait le faire un bicylindre en V traditionnel, et le V2 délivre une grande puissance en haut de la plage de régime. L'attrait d'une superbike de 1000 cm3 sur la route réside dans la sensation de puissance que l'on ne retrouve pas sur les motos sportives de plus petite cylindrée. Le V2 possède une grande partie de l'urgence à bas régime et du grunt qui en font une moto incroyablement engageante à conduire à des vitesses réalistes sur route, et ses performances "en prise" sont excellentes !

Cependant, nous voulions lui donner un peu plus d'aisance, alors dans le cadre de nos tests, nous sommes allés sur la piste d'atterrissage et la moto s'est comportée de façon étonnante, réalisant un 0-60 en 3 secondes ! Nous avons fait cela sur un certain nombre de motos et, entre nos mains, la V2 est la moto la plus rapide que nous ayons jamais lancée. Le V2 est le vélo le plus rapide que nous ayons jamais lancé, avec un 0 à 100 km/h en 3 secondes, plus rapide que le ZH2 ! Il est incroyablement facile de lancer le V2, en fait vous pouvez vraiment rater votre lancement et quand même être rapide parce que vous êtes directement dans la puissance. Alors qu'on pourrait penser qu'avec tout ce couple, la V2 se mettrait en roue libre tout le temps, et bien sûr nous l'avons fait, Ducati a clairement conçu la moto pour faire descendre sa puissance sur le tarmac sans que la roue ne soit en l'air, ce qui signifie que nous pouvions en toute confiance désactiver le contrôle de traction pour obtenir le plus de puissance possible et la lancer vraiment fort.

Sur le plan de la tenue de route, la V2 est étonnante, avec une fourche Showa à gros pistons et un amortisseur Sachs pour la suspension. C'est un réglage assez doux tel quel, très agréable pour gérer les bosses et les ondulations de la route. Pour la piste, j'aurais probablement envie de le raidir, en particulier l'amortisseur, mais tout est réglable. La position de conduite est plus agressive que celle d'une GSXR par exemple, avec une selle arrière relevée et une position arrière haute. Ce n'est pas une moto avec laquelle j'aimerais faire de longs kilomètres, mais pour des sorties plus courtes, c'est génial, et pour des journées sur circuit, ce serait fantastique ! La moto amorce très bien les virages, garde une belle ligne et nous avons déjà parlé de la sortie de virage ! Comme il s'agit d'un gros bicylindre, nous nous attendions à un freinage massif du moteur et à des tiraillements de la roue arrière en cas de freinage brusque, mais avec le contrôle du frein moteur, il n'y en a pas, c'est charmant même en cas de rétrogradage agressif, aidé par le quickshifter/blipper qui équipe la moto.

L'électronique de la moto est sophistiquée, chaque mode offrant une belle différenciation, mais comme il s'agit d'une moto, nous avons opté pour le mode piste la plupart du temps. Le quickshifter EVO 2 est sublime, interagissant avec l'embrayage à glissement et le contrôle du frein moteur pour faciliter le freinage et l'entrée en virage. Le quickshifter Evo2 ajuste son temps d'arrêt à des régimes supérieurs à 9 000 tr/min, ce qui réduit les secousses que l'on rencontre souvent avec les shifters rapides auxquels on demande de fonctionner à tous les régimes du moteur. La Panigale dispose même d'un chronomètre GPS pour les tours.

Les freins de la V2 sont excellents, avec des étriers Brembo M4 de première qualité et un maître-cylindre assorti qui assurent une progression et une sensation de freinage magnifiques, avec un premier contact doux et une progression puissante - c'est une belle configuration et l'ABS n'est pas du tout intrusif avec un réglage permettant le soulèvement de la roue arrière avant d'interférer - une option qui est vraiment utile pour le travail sur piste.

Les Pirelli Rosso Corsa II complètent l'ensemble, un pneu impressionnant qui fonctionne dans toutes les conditions et qui est idéal pour les journées sur circuit grâce à la possibilité de réduire la pression du pneu arrière. En fait, en termes de performances, tout est dit lorsque Alesandro Valia a bouclé Jerez en 1,48 - à seulement 11 secondes du record du tour en MotoGP, ce qui est assez étonnant si l'on compare avec une moto de course d'usine valant plusieurs millions de dollars.

Si cela vous semble trop doux, y a-t-il des épines dans le flanc de la rose qu'est la Panigale V2 ? Quelques petites choses que nous avons remarquées :

La moto ne démarre pas toujours très bien. Vous aurez besoin d'une bonne batterie si vous possédez cette moto et d'une charge régulière car il faut beaucoup de temps pour la faire tourner. La position de conduite est définitivement du côté sportif agressif et il y a des motos sportives avec des positions de conduite plus confortables, et de la façon dont le carénage avant est conçu, des rehausseurs à clipser seraient hors de question. A part cela, nous nous raccrochons à la paille, les rétroviseurs vibrent, la béquille latérale est difficile à utiliser. Mais ce ne sont que des défauts mineurs, oubliés dès que l'on jette un coup d'œil par-dessus son épaule pour la millionième fois et que l'on se souvient à quel point il était agréable de rouler sur cette moto et à quel point on se sentait spécial avec elle.

Dans un ensemble qui est si bon, de son apparence à la façon dont il fonctionne et à la sensation spéciale qu'il vous donne lorsque vous le conduisez, si oui ou non le Panigale V2 est l'écriture de Dieu, nous vous laissons le soin de décider, mais nous pensons que c'est assez proche !

J'espère que cela vous a plu et que cela vous a été utile ! N'hésitez pas à découvrir la gamme Knox et à nous dire ce que vous en pensez dans les commentaires !

Ce que nous avons porté pendant la randonnée

Écrit par Aaron Travell

Poster un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Postes connexes

préchargeur